Visa Schengen pour les investisseurs Algériens

Visa Schengen pour Citoyens Algériens dans la catégorie Investisseurs 

Il existe une catégorie particulière pour les visas Schengen, c’est celle d’investisseur

Lisez l’Article ci-dessous, suivi d’un exemple de procédures.

La crise a conduit plusieurs pays de l’Union Européenne à assouplir leurs modalités d’octroi de titres de séjour. Désormais, il suffit d’être riche pour avoir des papiers en règle. 

La loi est en vigueur depuis le 1er octobre aux Pays-Bas. Elle permet d’ “acheter” son titre de séjour, très cher : 1,25 millions d’euros. Une bagatelle pour les riches étrangers non communautaires qui, s’ils promettent d’investir cette somme dans l’économie locale, se voient remettre des papiers bien en règle par le royaume. Une immigration choisie d’un nouveau genre, scandaleuse pour l’opposition néerlandaise qui parle de “citoyenneté de classe” dans Le Monde.

Si le procédé peut choquer, il a tendance à se généraliser dans une Europe en crise qui peine à attirer les capitaux étrangers. A ce jeu, les néerlandais font figure de pays le plus gourmand. Car d’autres proposent des formules moins chères.

La Hongrie par exemple ne réclame que 250.000 euros pour accorder un titre de séjour. Comptez 500.000 d’investissement pour séjourner en Irlande. La Lettonie s’y est mise aussi, depuis juillet 2010 : le pays accorde un permis de résidence de cinq ans à quiconque investit dans une entreprise, le secteur financier ou un bien immobilier. L’immobilier, c’est aussi l’exigence de la Grèce. Vingt investisseurs étrangers ont obtenu un permis de séjour de cinq ans après achat d’un bien d’une valeur supérieure à 250.000 euros.

L’Espagne aussi mise sur l’immobilier. Son parlement a approuvé le 19 septembre une loi pour accorder un permis de séjour provisoire aux étrangers qui achètent un bien de plus de 500.000 euros. Le permis devient définitif si le bien n’est pas vendu dans un délai de cinq ans. Autre possibilité : acheter pour 2 millions d’euros de dette publique espagnole. Le voisin portugais n’est pas en reste. Un permis de séjour coûte 1 million d’euros d’investissement depuis octobre 2012. Une alternative existe : créer 30 emplois.

Aussi, pour 250.000 euros au minimum, un étranger non communautaire peut disposer de papiers en règles pour circuler librement dans l’espace Schengen.

Certains pays vont encore plus loin. Chypre, par exemple. L’île propose non pas une résidence, mais une nationalité à quiconque peut en payer le prix. Le passeport s’achète pour 15 millions d’euros. Les entrepreneurs qui investissent plus de 10 millions d’euros bénéficient du même régime. Pour ne pas attirer les traficants de tous bords, le pays pose quand même quelques exigences : avoir plus de 30 ans, un casier judiciaire vierge et posséder une résidence d’au moins 500 000 euros à Chypre. 78 personnes ont ainsi obtenu la nationalité entre 2011 et 2012.

 

De même, d’après le site Algérie patriotique Le vice-Premier ministre du Portugal, Paulo Portas, en visite à Alger dans le cadre de la tenue de la 4e réunion du Groupe de travail économique algéro-portugais a appelé,   les entrepreneurs algériens à investir au Portugal. Il a précisé qu’ils pourront y bénéficier de «mesures avantageuses dont une baisse d’impôts et un permis de résidence» spécifique ouvrant droit à un statut privilégié. «Ceux qui choisiront le Portugal auront droit à un traitement de faveur», a déclaré le vice-Premier ministre portugais, qui, en plus des investissements productifs, souhaite voir les Algériens investir dans l’immobilier. «Pour tout achat immobilier de plus de 500 000 euros», les Algériens «pourront bénéficier d’un permis de résident très avantageux.» Il a réitéré son message à plusieurs reprises à l’adresse des hommes d’affaires prenant part au Forum d’hommes d’affaires algérien portugais qui se tient à l’hôtel El-Aurassi, affirmant : «Nous voulons plus d’entreprises portugaises en Algérie mais également beaucoup d’entreprises algériennes chez nous.»

Le vice-Premier ministre portugais a précisé que les mesures d’encouragement aux investissements étrangers au Portugal font partie d’une réforme récente des lois du travail. Celles-ci, selon les termes utilisés par Paulo Portas, «sont devenues plus amicales pour les investisseurs et il faut que les entreprises algériennes le sachent et profitent d’un climat extrêmement favorable et d’une politique fiscale pro-entreprises».

Le site de l’ambassade du portugal rapport dans une section intitulée Golden Residence Permit Programme
 ce qui suit : 

Depuis le 8 octobre 2012, la législation portugaise prévoit un système facilité pour l’obtention de permis de résidence par les ressortissants étrangers qui souhaitent investir au Portugal (Golden Residence Permit).

A cet effet, les ressortissants de pays tiers doivent faire preuve de l’activité d’investissement au Portugal impliquant l’une des conditions suivantes: le transfert de capitaux d’un montant d’au moins 1 million d’euros ; la création d’au moins 30 postes de travail ; ou l’acquisition de biens immeubles d’une valeur égale ou supérieure à 500 mille euros.

Le Golden Residence Permit, initialement accordé pour une période d’un an, peut être renouvelé pour des périodes successives de deux ans, notamment jusqu’à l’obtention d’un permis de séjour permanent ou de la nationalité portugaise (en conformité avec les exigences légales), dès que les conditions de l’investissement soient maintenues pour une période minimale de 5 ans. Les bénéficiaires d’un Golden Residence Permit peuvent également demander des permis supplémentaires pour le regroupement familial.

Voir le lien suivant pour la procédure. 

Partager

Trouver et Comparer les Prix d'hôtels sur Trivago

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *